Un art retrouvé, bien après le temps de l’enfance

flyer_odyssee_a6_trim.jpg

Jean Michel Basquiat. Grégori A. 30x21cm. Crayon sur papier.
Jean Michel Basquiat. Grégori A. 30x21cm. Crayon sur papier.

La galerie DerniersJours, par sa démarche de soutien aux créations dites parallèles, s’engage à nouveau. Elle s’ouvre cette fois à 13 adolescents suivis à l’hôpital de jour « L’Odyssée » qu’ils ont quitté il y a quelques années. Cette structure de soin accueille depuis 35 ans des enfants présentant des troubles psychiques importants.

En rassemblant des tableaux réalisés pendant leur enfance à l’atelier de L’Odyssée, des adolescents au passé et au présent singuliers se retrouvent autour de cette exposition collective.

S’inspirant de leur environnement, visites aux musées, lectures, films, B.D. ou éléments importants de leur vie; ces jeunes auteurs nous surprennent par l’acuité de leur regard et leur liberté d’interprétation si pleine de sens oublié ou nié. Réalisés en quelques minutes ou bien au cours de longs mois, ces oeuvres nous transportent aux bords (et au-delà) du convenu.

Donald. Adam A. 63x69cm. Acrylique sur  papier
Donald. Adam A. 63x69cm. Acrylique sur papier

« Nous sommes des acteurs de peinture. » Antoine L., l’un des auteurs.

Ces tableaux, dessins et sculptures, affichés en permanence dans les parties communes de l’hôpital à Lagny, constituent des repères forts structurant l’espace où évoluent ces adolescents. Ils ne les laissent pas insensibles, non plus les nouveaux-venus. Ainsi, après l’exposition à la galerie DerniersJours, tous ces travaux réintégreront l’espace initial à l’hôpital.

Nous sommes très agréablement fiers de la confiance que leurs auteurs et l’équipe de L’Odyssée (et, en tête de celle-ci, Danièle Duc, se présentant humblement comme « assistante des enfants peintres »), nous accorde en prêtant leurs oeuvres pour ces quelques semaines de monstration à l’extérieur, la première.

Cauchemar. Raphaël S. 75x50cm. Pastel sur papier
Cauchemar. Raphaël S. 75x50cm. Pastel sur papier

« S’ils étaient tous d’accord, ce n’était néanmoins pas facile, « les tableaux allaient leur manquer » disaient-ils.
Heureusement, ce projet d’exposition a créé une dynamique immédiate entre les jeunes, nourrissant leurs échanges. Ils se sont reconnus comme faisant partie d’un même atelier, d’une même «école», pourrait-on dire, pour se déployer dans un projet commun, s’ouvrant cette fois, sur un espace public. Le groupe des 17-20 ans était d’accord pour se dire, comme Raphaël, « ils ont osé me revoir, on était les copains de l’ancien temps ! »
En redécouvrant leurs peintures, ils ont évoqué leurs souvenirs, intervenaient avec pertinence, humour ou émotion sur les tableaux des uns et des autres…
Au cours des réunions de préparation, nous avons senti combien la satisfaction de participer à cet événement mettait aussi à l’épreuve ces adolescents. Une épreuve où ils vont continuer d’affronter leurs conflits intérieurs, pour rencontrer la satisfaction d’avoir osé !
Tout comme ils ont osé peindre, il y a bien longtemps. Il faut du temps pour absorber ce travail d’enfance, et l’ouvrir vers les autres… »

Danièle Duc, éducatrice spécialisée à L’Odyssée.

Ainsi, un nouveau pas sera franchi pour ces jeunes peintres et sculpteurs, venant à la rencontre d’un public encore inconnu, et ayant la maturité suffisante pour comprendre et s’approprier au mieux les implications d’une exposition publique.

Oliver Twist. Grégori A. 21x24cm dessin papier encre
Oliver Twist. Grégori A. 21x24cm Encre sur papier

« Les nombreux tableaux de l’exposition évoquent, plus au moins directement, des tableaux des maîtres. Ce ne sont pas des copies, ce sont des réinterprétations des tableaux vus, intériorisés, transformés par leur propre matière intérieure. C’est un processus d’appropriation, qui peut prendre beaucoup de temps, avant de se formaliser. » 

Cornélia Smodlaka, psychologue de l’Odyssée et de l’Astrolabe de 1982 à 2015.

 

Afin de satisfaire l’engouement des visiteurs de l’exposition, un livre est édité et des reproductions de certains travaux seront -en accord préalable avec leurs auteurs et leurs familles- proposées à la vente (à l’unité ou dans un recueil de 10 tirages).

Cette exposition n’aurait pas lieu sans le soutien de l’association Ariane favorisant et soutenant les émanations culturelles des 3 hôpitaux de jour du service ainsi que celui des associations Aurore et Esperem

Commande de livre, tirages et coffret

 

 

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :